… Étienne, voyageur à vélo

Étienne est fou de vélo et de voyages. Une double passion qui l'a conduit de l'indomptée Patagonie au chaleureux Cambodge, en passant par l'âpre Sibérie. Une double passion qui lui a également permis de surmonter les épreuves liées à son handicap.

Pour raconter ses voyages, et surtout pour mettre en avant les parcours de vie et initiatives qui l'ont touché, il a créé sa propre maison d'édition.

Comment as-tu rencontré Marie-Odile ?

En septembre 2012, j'ai publié le livre À contre-pied. J'y raconte mon périple à vélo de Puerta Varas, une ville de Patagonie au sud du Chili à Los Angeles aux États-Unis.

Au départ ce projet littéraire avait été lancé en collaboration avec un éditeur "classique". Mais j'ai finalement préféré créer ma propre maison d'édition, les Éditions Mille Regards, notamment pour partager les bénéfices du projet avec des associations œuvrant dans le domaine du handicap.

Marie-Odile a entendu parler du projet et elle a lu le livre. C'est à ce moment qu'elle m'a contacté.

 

Étienne à vélo avec en toile de fond, le volcan Licancabur
Étienne à vélo avec en toile de fond, le volcan Licancabur

À contre-pied évoque ton périple à vélo en Amérique.

Oui, c'est un projet un peu fou auquel personne ne croyait vraiment au départ : traverser le continent américain à vélo à deux, avec mon ami, Étienne Robert. Mais nous avons quand même réussi à convaincre des entreprises de nous soutenir financièrement et avons pu mener ce projet à bien. Pour me permettre de pédaler (Étienne est atteint d'IMC, infirmité motrice cérébrale, n.d.l.r), nous avons adapté un vélo classique, en l'équipant notamment de cale-pieds. Au final, nous avons voyagé durant 7 mois et parcouru quelque 7 000 kilomètres.

 

Étienne sur les routes mythiques des États-Unis
Étienne sur les routes mythiques des États-Unis

Tu as dit être parti sur un coup de tête, car à ce moment de ta vie, tu ne supportais plus ton handicap.  Et aujourd'hui ?

C'est vrai qu'à ce moment de ma vie, c'était plus fort que moi, il fallait que je parte. C'était comme une injonction à laquelle je devais absolument souscrire.

Maintenant, je suis plus serein, même si l'envie de voyager est toujours aussi forte. Je pars d'abord pour le plaisir de rencontrer de nouvelles personnes, d'observer leur façon de vivre, d'être simplement à leur côté.

En août 2014, tu as fais un voyage au Cambodge.

C'est le deuxième fois que je me rends au Cambodge et comme c'est un petit pays (environ 3 fois plus petit que la France, n.d.l.r.), je n'ai pas spécialement préparé mon itinéraire.

J'avais surtout envie d'être un voyageur comme les autres et je suis parti avec un minimum de moyens. J'ai acheté mon vélo sur place, au prix de 40 $.

 

blog-voyage-accessible-cambodge-etienne-hoarau-2

Tu as été bien accueilli ?

Très, le Cambodge c'est le pays du sourire. Cela dit, le handicap y est vécu comme une faiblesse. Les personnes handicapées sont tenues à l'écart du milieu professionnel et de tout lien social. Elles sont souvent très pauvres.

Au début les gens sont exrêmement surpris de voir une personne handicapée faire du vélo et voyager comme n'importe qui. Et puis la délicatesse qui fait la réputation des Cambodgiens prend le pas sur l'étonnement et au final, j'ai été le bienvenu partout.

 

Visite d'un monastère bouddhique au Cambodge
Visite d'un monastère bouddhique au Cambodge

Ya-t-il une rencontre qui t'a marqué ?

Chaque rencontre est marquante, néanmoins, j'ai été particulièrement touché par Christian et Marie-France, un couple de Français arrivé au Cambodge il y a une vingtaine d'années. Émus par la détresse des petits chiffonniers, ces enfants qui survivent dans la décharge de Phnom Penh, ils ont fondé l'association Pour un sourire d'enfant. Cette dernière permet aux enfants d'avoir accès aux soins et d'être nourris et scolarisés. Grâce à leur engagement, plus de 6 000 enfants ont pu être pris en charge.

Et là, quels sont tes projets ?

Je continue les conférences autour de mon livre À contre-pied, récompensé en 2013 par le Prix des explorateurs et qui bénéficie depuis d'une bonne couverture media. Et bien entendu, je pense déjà au prochain voyage. J'aimerais bien retourner au Cambodge.

En savoir plus
Retrouvez Étienne sur le site de sa maison d'édition Mille regards
et découvrez son livre À contre-pied.
Soutenez l'association Pour un sourire d'enfant
© photo principale : Étienne Hoarau ; © autres photos : Étienne Hoarau