Hanoi dans un fauteuil

Marie-Odile et l'équipe Asie travaillent sur la conception d'un nouveau voyage accessible au Vietnam et pour ce faire, Marie-Odile s'est envolée pour ce beau pays avec la mission de dénicher des hébergements adaptés et des expériences au plus près des Vietnamiens. Dans le premier épisode de ses aventures vietnamiennes, cap sur Hanoi… et sa circulation chaotique.

Mon premier souvenir au pays du sourire, est un fou rire ! Imaginez-moi déambulant dans les rues grouillantes d'Hanoi en fauteuil roulant électrique ! Et quand je dis grouillantes, je parle de milliers de vélos avec chargements débordants, de motos où s'empilent parfois jusqu'à 3 ou 4 personnes et qui surgissent de toutes parts dans des règles de conduite qui leur octroient une priorité absolue.

blog-ca-roule-chez-comptoir-vietnam-hanoi-4
© Olivier Romano

Traverser une rue à Hanoi

À peine ai-je posé mes roues sur le sol vietnamien, que mon guide me propose de nous rendre à pied dans un restaurant. Enchantée à l'idée d'aller déguster cette cuisine qui me fait rêver depuis toujours, je lui emboîte le pas et avec beaucoup de prévenance il m'ouvre la voie.

Les yeux rivés sur le macadam que je me dois d'apprivoiser, j'apprends assez vite à conduire en mode local. Ben oui, en fait c'est simple : hors feux de circulation, celui qui avance c'est celui qui ne s'arrête pas ! On ne traverse pas un carrefour rue après rue, non, on coupe, tout comme les tourner-à-gauche ou à droite se font à l'américaine en vous coupant toujours et encore la route !

Alors pour se frayer un passage dans ce ballet incessant, de jour comme de nuit, pas le choix, je  relève la tête plutôt fière et roule doucement sans m'arrêter ou presque... Et ça marche !

blog-ca-roule-chez-comptoir-vietnam-hanoi-1
Quartier des 36 corporations à Hanoi © Sandrine Toussaint

Une rencontre… renversante

Sauf que moi je n'ai pas conscience que dans ce chaos je sème un peu la zizanie. Forcément, tout le monde se retourne : c'est quoi cette blonde qui passe sur son engin qui avance tout seul ?

Et quand on se retourne tout en continuant à rouler sans regarder devant soi et bien on se casse la binette ! Voilà ce qui arrive à cette marchande sur son vélo qui passe devant moi médusée. Son étonnement lui faisant oublier son chemin, elle atterrit sur le premier poteau rencontré, répandant sur le bitume l'ensemble de ses biens.

On m'avait tout dit dans le genre « rouler dans les rues en fauteuil c'est compliqué » mais on ne m'avait pas dit que cela se solderait par un fou rire ! Car après s'être relevée – par chance sans aucun bobo – la jeune femme éclate de rire. Un fou rire que nous avons partagé, rassurés. Quant à mon guide, il a dorénavant surveillé d'un peu plus près ma conduite quelque peu zélée !